L'affaire LEVOTHYROX

Les utilisateurs du médicament LEVOTHYROX nouvelle formule saisissent le Tribunal de Grande Instance pour demander une expertise médicale

 

Les temps changent… Les consommateurs, les patients, bref, les citoyens, peuvent se regrouper autour de plaintes qui leur sont communes et exercer des actions de groupe.

 

Même si notre Droit n’admet pas les « class actions » à l’américaine, rien n’empêche des plaignants de se regrouper, de partager leurs informations et leurs doléances, notamment via les réseaux sociaux, et d’exercer leur action en Justice ensemble, ce qui leur permet d’être plus forts, et de mutualiser les frais de défense.

 

De nouvelles possibilités s’ouvrent ainsi, facilitant l’exercice de droits qui jusque là seraient restés théoriques.

 

Dans l’affaire du Levothyrox, si les victimes ont subi un dommage du aux effets secondaires du médicament qui leur a été prescrit, elles sont en droit d’engager la responsabilité du Laboratoire MERCK sur le fondement de l’article 1245-3 du Code Civil qui prévoit : « Un produit est défectueux au sens du présent chapitre lorsqu'il n'offre pas la sécurité à laquelle on peut légitimement s'attendre. Dans l'appréciation de la sécurité à laquelle on peut légitimement s'attendre, il doit être tenu compte de toutes les circonstances et notamment de la présentation du produit, de l'usage qui peut en être raisonnablement attendu et du moment de sa mise en circulation. »

Les victimes demanderont donc la désignation d’un collège d’experts.

 

L’audience aura lieu jeudi 25 janvier 2018 à 8 h 30 devant le Tribunal de Grande Instance.


Levothyrox: Des victimes toulousaines demandent des indemnisations pour préjudice :